Domicilier son entreprise à Paris est-il un avantage ?

Domicilier son entreprise à Paris est-il un avantage ?

Depuis des générations, Paris véhicule dans le monde l’image de cette “plus belle ville du monde”, capitale du luxe et du glamour. En France, elle centralise une grande partie des centres de décision et des sièges sociaux des entreprises du CAC 40. De manière plus générale, le poids économique de l’Île-de-France au niveau national reste énorme, cette région représentant à elle seule un peu plus de 30 % du PIB de France métropolitaine. Ainsi, lorsque l’on crée son entreprise, la question peut se poser : y a-t-il un réel avantage à domicilier son entreprise à Paris ?

Avoir son siège social à Paris, une vitrine de prestige

La réponse à cette question réside probablement dans le secteur dans lequel on évolue. Pour des secteurs comme le luxe, la mode, ou encore l’alimentaire haut de gamme, très exposés à une clientèle internationale friande du savoir-faire français, avoir son siège dans la capitale présente probablement un fort intérêt. Cela est d’autant plus vrai que la domiciliation d’une entreprise à Paris se révèle peu onéreuse, et peut être intéressante d’un point de vue fiscal. Quitte à n’avoir qu’une boîte aux lettres et posséder ses locaux ailleurs, autant donc ne pas se priver de cet élément de prestige qui figurera sur tous les documents de l’entreprise.

Paris, une position centrale pour rayonner en France et à l’international

Néanmoins, avoir ses locaux dans Paris comporte également des avantages intrinsèques. Tout d’abord, pour recevoir des clients ou partenaires extérieurs, notamment internationaux, la ville offre un cadre qui ne laisse jamais personne indifférent. De plus, celle-ci concentre un grand nombre d’entités qui peuvent devenir soit des clients, soit des prestataires, soit des partenaires. En un mot, tout se trouve à portée de main à Paris, et la ville se suffit largement à elle-même économiquement. Et cela est loin d’être négligeable lorsque l’on se lance dans un projet entrepreneurial. 

Journal