Adolescent : les étapes de la conduite accompagnée

Adolescent : les étapes de la conduite accompagnée

La conduite accompagnée ou l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) permet aux jeunes d’acquérir plus d’expérience au volant. Elle consolide leurs acquis théoriques et pratiques avant de se présenter à l’examen du permis de conduire. Cette formule d’apprentissage améliore le taux de réussite. Ceux qui l’ont suivi peuvent devenir des conducteurs plus expérimentés, plus prudents et plus responsables. Voici les différentes étapes de l’AAC.

1re étape : la formation initiale dans une auto-école

La première étape de la conduite accompagnée consiste en une formation au sein d’une auto-école. Elle est accessible aux jeunes âgés de 15 ans ou plus, jusqu’à ce qu’ils puissent se présenter à l’épreuve pratique de permis de conduire et qu’ils obtiennent leur permis. Cette formation comporte deux parties : la partie théorique et la partie théorique.

La partie théorique

L’adolescent apprend des leçons de Code de la route pour maîtriser les règles de l’utilisation de la voie publique. Ce cours théorique le prépare à l’épreuve théorique générale commune (ETG). À l’issue de la formation, l’apprenant doit passer et réussir l’examen en obtenant au minimum 35 bonnes réponses sur les 40 questions posées.

La partie pratique

L’élève entame l’apprentissage pratique après une évaluation permettant de connaître le nombre d’heures à effectuer. En effet, la durée de l’apprentissage pratique varie en fonction de son avancement. Toutefois, il doit suivre au minimum 20 heures de conduite avec un moniteur de l’auto-école.

2e étape : les préalables à la conduite accompagnée

Avant de partir en conduite accompagnée avec ses accompagnateurs, l’adolescent doit remplir quelques conditions.

L’obtention de l’AFFI

Lorsque l’élève atteint les compétences requises, le formateur lui délivre une attestation de fin de formation initiale (AFFI). Cette dernière atteste que l’intéressé est autorisé à partir en conduite accompagnée. Un exemplaire de cette attestation est à remettre à la compagnie d’assurance de l’élève afin d’activer l’extension de sa garantie. Cette démarche permet à l’assuré d’être couvert en cas d’accident l’AAC. 

Le rendez-vous préalable

Avant de commencer la conduite accompagnée, un rendez-vous préalable doit avoir lieu entre le moniteur référent, l’élève et son accompagnateur. Il s’agit d’un entretien de 2 heures minimum pendant lequel le moniteur transmet à l’accompagnateur les bonnes pratiques de la conduite accompagnée. C’est aussi l’occasion de parler du niveau de l’élève et d’aborder les points qui permettront à l’apprenant d’avoir toutes les chances de réussite à l’examen.

3e étape : la conduite accompagnée proprement dite

Pendant la conduite accompagnée, l’élève conduit une voiture sous la supervision d’un titulaire de permis de conduire. Il ne peut prendre le volant que lorsque l’accompagnateur désigné est présent, à côté de lui, sur le siège passager du véhicule.

Le premier rendez-vous pédagogique

Après 6 mois de conduite accompagnée et environ 1000 km parcourus, l’élève prend rendez-vous avec son moniteur d’auto-école. Cette entrevue de 3 heures est décomposée de 2 heures d’entretien en salle et d’une heure de pratique sur route. L’objectif est de faire le bilan des 6 mois d’apprentissage accompagné.

Le second rendez-vous pédagogique

Cette deuxième entrevue a lieu après que l’élève ait effectué 3000 km de conduite et un an minimum d’apprentissage. Elle est également constituée de 2 heures d’entraînement en salle et d’une heure de pratique sur route. Elle a pour but de faire le bilan et d’évaluer le niveau de l’élève avant son passage à l’examen.

L’examen de conduite et l’attestation de fin de formation

À partir de ses 17 ans et demi, le jeune apprenant peut se présenter à l’examen pratique du permis de conduire. Pour cela, il doit se présenter au centre d’examen avec sa pièce d’identité et son livret d’apprentissage. S’il réussit l’épreuve, il rapporte son livret à l’auto-école pour que celle-ci lui délivre son attestation de fin de formation. Toutefois, l’intéressé ne peut conduire seul qu’à l’âge de 18 ans.

Pour conclure, l’apprentissage anticipé de la conduite favorise la mobilité des jeunes et renforce leur capacité au volant. En choisissant une auto-école de nouvelle génération, l’élève bénéficie davantage de supports pédagogiques et d’une formation sur mesure.

Journal